dimanche 18 juin 2017

Élections législatives (1932)


     Parmi les  383 couvertures du Cri de Paris dues à Jean Routier, j'en ai sélectionné dix relatives aux élections législatives de 1932 qui eurent lieu les 1er et 8 mai, et une onzième en guise d'épilogue. Sous la IIIe République, la Chambre des députés est élue au suffrage universel masculin direct pour quatre ans.

1- L'année des élections


Chez la voyante : - En 1932, je ne vois ni désarmement..., ni moratoire... ni chômage. Je vois les élections.
 Le cri de Paris n° 1814 - dimanche 3 janvier 1932 
source : Bibliothèque historique de la ville de Paris (cl. de l'auteur)


      Le dessin : Pierre Laval, président du Conseil depuis janvier 1931 (deux ministères successifs), vient consulter une voyante, en fait Georges Mandel, reconnaissable à son visage "en lame de couteau", à ses cheveux plaqués, à son nez, mais aussi à ses gants gris ou à la présence d'une chaufferette. Ce fidèle de Clemenceau (notez le portrait accroché au mur), isolé dans le milieu politique, victime d'un certain ostracisme, avait une réputation de Machiavel [1]. La légende du dessin évoque les sujets d'actualité : la Conférence du désarmement préparée depuis 1926 par la Société des Nations ; le moratoire Hoover qui avait suspendu pour un an, en juin 1931, le paiement des réparations de guerre que l'Allemagne disait être incapable de payer ; les tarifs douaniers qui ne suffisaient pas à limiter les importations ; le chômage, effet de la crise économique de 1929. Contre toute attente (du lecteur), ce n'est pas un de ces quatre thèmes qui marquerait l'année 1932, mais celui des élections législatives. Surtout pour Mandel qui se battait pour une réforme du mode de scrutin (voir ci-dessous).
La précédente Chambre des députés, élue en avril 1928, se composait ainsi : Droite (144 sièges), Centre (165), Gauche (271), donc une majorité gouvernementale de droite et du centre. Pendant cette période de 4 ans, 10 gouvernements se sont succédé.

2- Les partis se préparent


La conférence du désarmement : - Oui, le désarmement partout... mais pas ici !
Le cri de Paris n° 1816 - dimanche 17 janvier 1932 
source : Bibliothèque historique de la ville de Paris (cl. de l'auteur)

     La scène se passe à la Chambre des députés, dans la salle des pas perdus du Palais Bourbon, identifiable grâce à l'esquisse de la sculpture du Laocoon [2]. Au premier plan, un groupe de députés : de gauche à droite, Édouard Herriot (radical-socialiste), Léon Blum (SFIO), Édouard Daladier (radical-socialiste), Pierre Renaudel (SFIO), François Albert (radical-socialiste). La légende fait allusion au désarmement, c'est-à-dire à la Conférence pour la réduction et la limitation des armements (dite Conférence du désarmement) dont l'ouverture est prévue à Genève le 2 février 1932. Herriot était pour la paix, mais "non dans les nuages". Mais, l'objectif, à l'intérieur, est de résister aux sirènes de la droite. En effet, en janvier 1932, suite au décès de Maginot, ministre de la guerre, et à l'éviction d'Aristide Briand, ministre des affaires étrangères, Pierre Laval veut remanier son gouvernement et tenter de réaliser une union nationale. Il en fait la proposition à Herriot mais le parti radical décline l'offre :  "tout en  constatant la nécessité de l'union pour faire face à une situation grave, les radicaux socialistes ne pouvaient entrer dans un cabinet dont la majorité les combat dans le pays" [3]. Laval se contente alors d'un remaniement. Lors de la présentation du nouveau gouvernement Laval, le 22 janvier, le petit groupe représenté ci-dessus vote contre la question de confiance. Les radicaux préfigurent-ils ainsi une réédition du Cartel des gauches en vue des élections prochaines ?

3- Quel mode de scrutin ?


La suppression du second tour : - Et on veut nous ôter le plaisir de lire ça sur les murs !...
Le cri de Paris n° 1819 - dimanche 7 février 1932 
source : Bibliothèque historique de la ville de Paris (cl. de l'auteur)

     Le mode de scrutin a varié au cours de la IIIe République. En 1919 et 1924, c'était un scrutin de liste à un tour. En 1927 fut rétabli le scrutin majoritaire uninominal à deux tours qui prévalait avant guerre [4]. Ce sera aussi le cas en 1932, suite à l'échec d'une réforme électorale. Pour améliorer le fonctionnement des institutions, plusieurs hommes de droite souhaitent une restructuration des forces politiques et la constitution d'un grand parti conservateur libéral allant jusqu'aux radicaux. Un scrutin uninominal à un tour - à l'anglaise - favoriserait un regroupement des partis. Georges Mandel, est, à la Chambre, l'artisan de cette réforme qui provoque des débats acharnés.
Le projet de réforme électorale est adoptée par la Chambre des députés le 12 février par 290 voix contre 1, la gauche ayant abandonné le combat en quittant l'hémicycle. Ce projet implique le vote obligatoire et l'élection au premier tour à la majorité relative. En outre, un amendement d'Anatole de Monzie dispose que les femmes sont électrices et éligibles aux élections de la Chambre des députés [5].
Le dessin de Jean Routier, publié le 7 février, donc avant l'adoption du projet, brocarde la pratique électorale qui conduit les candidats à des postures acrobatiques entre les deux tours. Les propos de Georges Mandel dans L’Écho de Paris, au lendemain de son combat victorieux, sont encore plus explicites sur les inconvénients d'un deuxième tour et les positions contradictoires des élus pour satisfaire successivement tous leurs électeurs (cf. Annexe 1) [6].
Mais le Sénat enterre la réforme le 26 février. Mandel tente bien de reprendre le texte à la Chambre, mais, peu soutenu par Tardieu et en butte à l'hostilité de toute la gauche, il échoue.

4- Faire les élections ?


Le respect du suffrage universel : - Il nous faut l'Intérieur pour FAIRE les élections.
 Le cri de Paris n° 1822 - dimanche 28 février 1932 
source : Bibliothèque historique de la ville de Paris (cl. de l'auteur)

     La scène se passe encore dans la salle des pas perdus. L'Intérieur dont discute ce groupe de députés est bien sûr le ministère de l'Intérieur, objet de convoitises en période pré-électorale.
Le troisième gouvernement Laval, constitué le 14 janvier, est renversé par le Sénat le 16 février. Paul Painlevé, républicain socialiste, est chargé par le président Paul Doumer de constituer un gouvernement de conciliation incluant les radicaux. Il achoppe sur l'attribution du ministère de l'Intérieur qu'il décide de se réserver alors que la droite - parce qu'elle a la majorité - l'exige pour elle (19 février) et sur la place de Pierre Laval dans le dispositif (il voulait les Affaires étrangères, mais Painlevé avait déjà promis ce portefeuille à Joseph Paul-Boncour). Finalement, c'est André Tardieu qui constitue le nouveau gouvernement (20 février), l'Intérieur étant attribué au sénateur Albert Mahieu (Union démocratique et radicale, c'est-à-dire centre-droit) qui "rassure à la fois les partis de gouvernement de droite et de gauche" [7].

5- Fin de législature


Enfin ! L'unité nationale !! : -Bonne chance, à la prochaine !...
Le cri de Paris n° 1828 - dimanche 10 avril 1932 
source : Bibliothèque historique de la ville de Paris (cl. de l'auteur)

     La Chambre se sépare le vendredi 1er avril. La veille, le président du Conseil avait fixé les élections le 1er et le 8 mai. 
Dans son intervention consensuelle de remerciements à la Chambre, André Tardieu s'exprimait ainsi : "J'espère que, encore une fois, je retrouverai l'unanimité en disant que nous espérons tous nous retrouver tous ensemble le 1er juin" [8]. Routier représente cette "grande famille parlementaire" au moment de la séparation. Au premier plan, de gauche à droite : Louis Marin (Union républicaine démocratique = droite conservatrice) , Édouard Herriot (Radical-Socialiste), Georges Mandel (Indépendant républicain), Léon Blum (SFIO). Au second plan, on croit reconnaître Pierre Renaudel (SFIO), Paul Painlevé (républicain socialiste), Pierre Cot (radical). Ils seront réélus. La campagne de 1932 se déroulera sur un "schéma bipolaire" [9] : radicaux et SFIO d'un côté, droite de l'autre sous la direction d'André Tardieu.

6- La campagne


L'opposition n'en revient pas  : - Ce président est très méchant, quand on l'attaque il se défend.
 Le cri de Paris n° 1829 - dimanche 17 avril 1932 
source : Bibliothèque historique de la ville de Paris (cl. de l'auteur)

     Le dessin représente André Tardieu, Président du Conseil et ministre des Affaires étrangères depuis le 20 février 1932. Muni de son éternel fume-cigarette - comme Herriot l'est de sa pipe -, il  est debout devant une table mise et surtout devant un micro qui occupe le premier plan. Cette couverture évoque le grand discours, dit de la salle Bullier, prononcé le mercredi 6 avril, qui lance véritablement la campagne électorale. Le discours intervient à l'issue d'un banquet. La salle Bullier était une vaste salle de bal, transformée pour l'occasion en salle de banquet [10]. La presse donne les chiffres (2000 convives, 300 maîtres d'hôtel, 60 chefs), le menu (potage, truites importées d’Écosse, poulets, foie gras venu d'Alsace, glaces, fruits), et le texte du discours d'une durée de 1h 30 [11]. Il s'agissait de dresser  le bilan de quatre ans de législature et de répondre point par point aux critiques en pointant les responsabilités. Celle des radicaux d'abord qui avaient quitté le gouvernement Poincaré d'Union nationale en novembre 1928 au lendemain du Congrès d'Angers, rupture qui a "pesé pendant plus de 40 mois sur la législature". Mais surtout celle des socialistes, leur "internationalisme téméraire", leur hostilité à la loi sur l'outillage national, etc. Dans ses propos conclusifs, le chef de la majorité est très clair : appel aux radicaux, rejet des socialistes.
"J'ai toujours, comme M. Poincaré, comme M. Briand, comme M. Laval, proposé à tous les républicains non socialistes de participer au pouvoir. (...) Je ne crois pas, dans ce discours, avoir prononcé un seul mot offensant pour des hommes dont je n'arrive pas à concevoir comme durable l'accord avec les socialistes.  (...) je déclare que les virulentes attaques dont le parti socialiste a pris l'initiative contre cette majorité, sont injustes et contraires à la vérité."
Commentant cette campagne, René Rémond écrit : "Tardieu s'engage personnellement dans la campagne, qui prend l'allure d'un duel entre les deux leaders, Herriot et Tardieu : il s'adresse au pays par la radio, dont c'est la première utilisation à des fins électorales ; la gauche s'offusque de cette intervention qui lui semble être du bonapartisme pur." [12]
En effet, en mars 1928, Raymond Poincaré, président du Conseil, avait interdit aux radios de diffuser des discours politiques en période électorale. Toutefois, le gouvernement conservait le droit de diffuser des informations. Tardieu, Reynaud en usèrent. Une interview en anglais de Tardieu à destination des américains avait beaucoup frappé la presse par son caractère novateur (cf. Annexe 2). Herriot obtint une dérogation pour son discours du 12 avril. Le Populaire, organe du Parti socialiste, dénonça avec vigueur et constance le scandale et l'injustice de ce monopole gouvernemental [13].

     La légende brocarde l’attitude de l'opposition qui aurait dû s'attendre à la réaction de Tardieu, attaqué sur sa politique. Routier adapte un adage connu (Cet animal est très méchant, quand on l'attaque il se défend) à la situation politique [14].

7- Quelles alliances ?


 Un vrai mariage de raison  : - Vivent les mariés !!!...
 Le cri de Paris n° 1831 - dimanche 1er mai 1932 
source : Bibliothèque historique de la ville de Paris (cl. de l'auteur)

   
     Ce dessin ne correspond qu'à un vœu, celui du Cri de Paris et de l'opinion modéré qu'il représente. De numéro en numéro, le thème de l'Union nationale revient comme un leitmotiv. Au lendemain de l'émeute du 6 février 1934, Le Cri de Paris rappelait ce dessin : "Au moment des élections, nous avons publié un dessin intitulé "un mariage de raison" : les mariés, c'étaient M. André Tardieu et M. Édouard Herriot, que la foule acclamait. Il leur a fallu deux ans pour accomplir le geste que nous n'avons cessé de réclamer. S'ils descendent dans leur conscience, ils doivent regretter amèrement de ne l'avoir pas fait plus tôt, de s'être attardés à rechercher de vieilles responsabilités au lieu de s'entendre sur les remèdes." [15]
     De par son positionnement sur l'échiquier politique et la composition sociale - hétérogène - de son électorat, le parti radical est susceptible de s'allier sur sa gauche comme sir sa droite. D'ailleurs, l'exercice du pouvoir dans la durée n'est guère envisageable sans eux. Pour les élections de 1932, en dépit des incitations venues de la droite comme de la gauche, les radicaux veulent aller seuls à la bataille. A l'appel de Tardieu lancé dans le discours de la salle Bullier, Herriot répond par une fin de non recevoir, notamment parce que les radicaux, lors de leur expérience d'union nationale, se sont heurtés à "l'attitude constamment haineuse et violente des droites" ; il mène donc la charge contre la majorité sortante. Aux socialistes qui, par la voix de Blum, posent des conditions à un gouvernement commun de gauche, il ne répond pas. Son objectif n'est pas de négocier un programme commun de gouvernement avec la SFIO, mais de "proposer une solution centriste fondée sur les idées radicales" (Berstein). Certes, il n'envisage pas de rompre la discipline républicaine électorale, mais son souci est de ne pas compromettre le liberté de son parti [16].

8- Les résultats


Après les élections : - Bien taillé, maintenant il faut recoudre.
 Le cri de Paris n° 1832 - dimanche 8 mai 1932 
source : Bibliothèque historique de la ville de Paris (cl. de l'auteur)

     On relèvera la multiplicité des formations et la "profusion des références à la gauche pour des groupes de droite" traduisant le glissement progressif de ces groupes de la gauche à la droite (René Rémond). Le résultat est relativement net : la gauche est majoritaire dans le pays ; un million de voix séparent les partis de droite (3, 880 millions) des partis de gauche (4, 895 millions). En nombre de sièges, la répartition est la suivante :
Gauche : 12 communistes ; 11 socialistes communistes ; 129 socialistes SFIO ; 37 républicains socialistes ; 157 radicaux socialistes.
Modérés :  62 radicaux indépendants ; 16 démocrates populaires ; 72 républicains de gauche.
Droite conservatrice : 28 indépendants ; 76 union républicaine démocratique ; 5 conservateurs.

     Le deuxième tour a été décisif car la discipline républicaine a joué en dépit de la position des partis. Le Parti communiste, partisan d'une stratégie "classe contre classe" qui a refusé tout désistement a perdu  la moitié de ses électeurs. Il y a eu un cartel électoral, car "la majorité des élus radicaux ont été désignés grâce au report sur leur nom des suffrages socialistes, si bien que la politique du radicalisme seul s'accompagne de l'existence d'une majorité de gauche à la Chambre. Cette contradiction va peser sur l'expérience radicale qui débute en 1932 et la conduire à l'échec." (Berstein). On utilise l'expression "néo-cartel" mais il n'y aura pas de programme commun de gouvernement. La direction du parti radical, échaudée par l'échec du Cartel des gauches de 1924, n'entend pas gouverner avec les socialistes d'autant que les conditions posés par ces derniers leur paraissent inacceptables. Mais se contenter du "soutien", n'est-ce pas renouveler l'expérience de 1924 ? La France est donc bien divisée sur la politique à suivre [17].

9- Quelle majorité gouvernementale ?

 


La France veut l'union : - Assez de disputes. Regardez ce qui se passe autour de vous !
Le cri de Paris n° 1833 - dimanche 15 mai 1932 
source : Bibliothèque historique de la ville de Paris (cl. de l'auteur)

     Toujours ce thème de l'union. Le dessin souligne l'infantilisme de Herriot et Tardieu, admonestés par Marianne. Le traitement de l'arrière plan est intéressant qui évoque un environnement hostile : des nuages, une armée, Mussolini et Hitler alors que Léon Blum se jette dans les bras de l’ours soviétique au couteau entre les dents. On en revient au discours de Bullier. Alors que la formule du prochain gouvernement est encore indécise, le dessin veut montrer deux camps incompatibles : d'un coté des républicains que tout rapproche ; de l'autre un internationaliste téméraire suspect d'être anti-patriote.

     On ne doit pas s'étonner du long délai entre le deuxième tour des élections (8 mai) et la formation d'un nouveau gouvernement (3 juin). D'une part, cette période a été marquée par l'assassinat du président de la République, Paul-Doumer (le vendredi 6 mai, à la veille du second tour), l'élection de son successeur, Albert Lebrun, par le Congrès mais avec la Chambre des députés sortante (le 10 mai), des consultations à l’Élysée (24 mai), l'entrée en fonction de la nouvelle Chambre (1er juin). D'autre part, les chefs de partis ont attendu la réunion du congrès national des Socialistes (29 mai-2 juin) et les décisions qui y seraient prises. Les dessins de Gassier, proposés en Annexe 2, résument assez bien la situation. Le 2 juin, le Congrès rompt les pourparlers avec les radicaux. Le ministère Herriot sera à prédominance radicale ; le portefeuille des Finances sera attribué à Louis-Germain Martin, député de la Gauche radicale (= groupe centriste), pour rassurer les milieux d'affaires ; mais cela leur vaut l'hostilité des socialistes. Cette contradiction entre résultat des élections et vie parlementaire, source de renversement de majorité et d'instabilité gouvernementale, sera une des causes de l'antiparlementarisme. D'autres dessins de Routier fourniront un prétexte pour y revenir.

10- Quels élus ?


La rentrée : - N'oublie pas qu'on t'a envoyé ici pour t'occuper de l'intérêt général et non des intérêts particuliers.
 Le cri de Paris n° 1835 - dimanche 29 mai 1932 
source : Bibliothèque historique de la ville de Paris (cl. de l'auteur)

     La rentrée parlementaire s'effectue le mercredi 1er juin 1932. La légende de ce dessin est suffisante en elle-même. On y ajoutera seulement, en écho, ces formules lapidaires de Georges Mandel, inlassable pourfendeur de la corruption :

 "Les vrais hommes d’État s'occupent du patrimoine de la nation et non de celui de leur famille".

" Il faudrait plaindre l'élu qui ne soupçonnerait pas les grands devoirs qui en résultent pour lui" [18].
 

11- En guise d'épilogue : 4 ans après


Avant les élections : - Bon débarras ! Mais pourvu que les nouveaux ne soient pas pires !!!
 Le cri de Paris n° 2033 - vendredi 13 mars 1936 
source : Bibliothèque historique de la ville de Paris (cl. de l'auteur)

     Quatre ans plus tard, c'est aux statues des grands commis de l’État encadrant le bas des gradins de la façade du Palais Bourbon que Jean Routier laisse le soin de conclure la législature 1932-1936. Maximilien de Sully, le réformateur, s'adresse à Michel de l'Hospital, le conciliateur, pour un souhait désabusé.


Notes

[1] Sur Georges Mandel (1885-1944), voir http://www2.assemblee-nationale.fr/sycomore/fiche/(num_dept)/4952
[2] Cette sculpture provenant du château de Marly a été installée au Palais Bourbon en 1798.
[3] Motion du parti radical-socialiste, citée dans Le Journal, 13 janvier 1932, p. 4.
[4] GROSSER (Alfred).- La politique en France. Paris : Armand Colin, 1964, p. 78-84 (Coll. U).
[5] Journal officiel de la République française, 13 février 1932. Débats parlementaires : chambre des députés, p. 649. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6296891m/f41.vertical
[6] L’Écho de Paris, 13 février 1932. Texte reproduit ci-dessus en Annexe 1.
[7] L’Écho de Paris, 23 février 1932.
[8] Journal officiel de la République française, 31 mars 1932. Débats parlementaires : chambre des députés, p. 2035. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6236906z/f131.vertical#
[9] RÉMOND (René).- Notre siècle (de 1918 à 1988). Fayard, 1988, 1012 p. [ p. 120] (Histoire de France sous la dir. de Jean Favier, 6).
[10] Salle définitivement fermée en 1940 et démolie après guerre. Son emplacement correspond à l'actuel Centre Jean Sarrailh (CROUS), avenue Georges Bernanos, Paris, Ve.
[11] Le discours est publié in extenso dans les principaux quotidiens du 7 avril (L’Écho de Paris, Le Figaro, Le Journal, Le Petit Parisien, Ouest Éclair) ou du 8 (La Croix, Le Temps). De larges extraits dans L'Excelsior, Le Matin.
[12] Cf. note 9.
[13] Le Populaire, 14, 20, 24, 25, 26, 28 avril ; 6 mai. Concernant l'interdiction, Le Populaire mentionne un décret de mars 1928, puis un arrêté, et enfin une circulaire du 12 mars 1928. Je n'ai pas vérifié la nature du texte incriminé, mais il semble bien que ce soit une circulaire (Cf. Annexe 2).
[14] Routier affectionne cet adage qu'il utilise à nouveau le 28 avril 1934 au sujet de la note Barthou à la Conférence du Désarmement et le 18 octobre 1935 pour le Cinéma qu'il juge attaqué par le ministre Roustan. J'y reviendrai.
[15]  Le Cri de Paris, 1925, 17 février 1934, p. 7.
[16] Sur cette position, j'ai consulté BERSTEIN (Serge).- Histoire du Parti Radical. Tome 2. Crise du radicalisme (1926-1939). Paris : Presses de la fondation nationale des Sciences politiques, 1982, 666 p. [p. 191 ss]. Exposé commode dans BERSTEIN (Serge). Les radicaux, dans : BECKER (Jean-Jacques), CANDAR (Gilles). Histoire des gauches en France, vol. 2, Paris : La découverte, 2004, p. 9-26.
[17] Les résultats et les commentaires sont tirés de BERSTEIN (Serge). La France des années 30. Paris : Armand Colin, 1995, 186 p. [p. 57-58]. Voir aussi RÉMOND (René).- La droite en France de la première Restauration à la Ve République. Paris : Aubier, 1963, 414 p. [p. 206]
[18] FAVREAU (Bertrand).- Georges Mandel ou la passion de la République. Paris :Fayard, 1996, 568 p. [p. 33, 236].


Annexes

1- La réforme électorale de Mandel



L’Écho de Paris 13 février 1932
gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France

[le dessin de Sennep représente Mandel]

2- L'utilisation de la T.S.F.


 Le Journal 9 avril 1932
gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France





  Le Populaire 6 mai 1932
gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France

 

3- Le dilemme des radicaux vu par J. Sennep et H.-P. Gassier



 Daladier et Herriot lançant des invitations ; François Albert en chat.
 J. Sennep, L’Écho de Paris 14 mai 1932
gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France


Édouard Herriot et Léon Blum
  J. Sennep, L’Écho de Paris 21 mai 1932
 gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France



 Ou Allons-Nous ?
- Vers la concentration ? [Louis Marin ; Tardieu, Herriot, Painlevé ; Blum]
- Le cartel ? [Herriot et Blum fumant la pipe de Herriot]
- Le soutien ? [Blum poussant Herriot, sous le regard de Tardieu et Reynaud]
- Je demande à réfléchir [Herriot]
H.P. Gassier, Le Journal 18 mai 1932
gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France


 Le pacte - Signe ! [trois diables (de droite à gauche : Blum, Renaudel, et peut-être J.-B. Sèverac secrétaire adjoint de la SFIO) présentent des conditions de participation à l'ange Herriot.
Aux Champs-Élysées -  Seigneur, protégez-moi ! [Herriot et Albert Lebrun, nouveau président de la République]
Le retour aux Enfers - Vade, retro Satanas
H.P. Gassier, Le Journal 28 mai 1932
gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France


Les Grandes compétitions - Une pipe bien disputée [de g. à dr. : Fernand Bouisson, président de la Chambre des députés tenant la cloche de l'Assemblée ; Flandin, Reynaud, Tardieu, Herriot à cheval sur sa pipe ; Blum, Renaudel , SFIO non identifié]
 H.P. Gassier, Le Journal 9 juin 1932
gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France













Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire